Evaluer précocemment les effets

Le second axe qui concerne l’imagerie moléculaire utilise les technologies telles que l’IRM ou le TEP scan pour évaluer le plus rapidement possible la réponse à des thérapeutiques nouvelles. Cette recherche va avoir recours à des traceurs moléculaires qui s’infiltrent dans la tumeur et permettent de voir, prématurément, si cette dernière répond ou non aux thérapeutiques.
Cet aspect de la recherche travaille donc sur différents types de tumeurs à la fois chez les patients, dans le cadre d’essais cliniques, mais également en amont chez l’animal, sur une plateforme d’imagerie préclinique dédiée. Ces travaux très en amont vont permettre d’évaluer l’efficacité des molécules de façon très précoce. L’objectif, à terme, est de modifier la prise en charge des patients.

Les travaux d’évaluation de la réponse au traitement en cancérologie concernent divers pathologies: cancers du sein, lymphomes, cancers de la prostate.

Les traitements guidés par l’image regroupent la radiothérapie de précision, la radiologie interventionnelle et la chirurgie guidée par l’image. Il s’agit d’un axe majeur du développement du CGFL et du CHU.