Recherche épidémiologique

La recherche en sciences humaines, sociales et qualité de vie s’intéresse à la fois aux ressentis du patient sur sa maladie et son traitement ; mais également aux facteurs qui influencent sa participation aux dépistages. Cet axe de recherche est facilité en ce qui concerne la gynécologie et les cancers du sein grâce à un registre spécialisé des cancers gynécologiques de Côte d’Or. Ce dernier existe depuis plus de 20 ans et, pour chaque patiente, traitée au centre ou dans les autres établissements de la région, répertorie leurs données sociales mais surtout médicales (traitements, réponses thérapeutiques, etc.). Ces données participent à la surveillance épidémiologique des cancers gynécologiques en France et servent aux chercheurs pour la mise en place d’étude sur base de données populationnelles donnant lieu à des publications scientifiques.

 

La recherche en sciences humaines, sociales et qualité de vie se décline en 2 thèmes :

  • Thème 1 : étudier les disparités dans les prises en charge préventives, diagnostiques et thérapeutiques des cancers. Avec en particulier des travaux portant sur l’identification des facteurs socio-économiques influençant la participation au dépistage du cancer du sein, dans le but d’améliorer la participation au dépistage organisé du cancer du sein. Dans cette thématique, Le CGFL coordonne avec l’Institut Gustave Roussy, la cohorte CANTO, financée par l’Agence Nationale de la Recherche. Cette cohorte qui suit pendant 5 ans plus de 12 000 femmes avec un cancer du sein de stade précoce permettra d’évaluer et de prédire les toxicités à long terme des traitements.
  • Thème 2 : intérêt et déterminants de la qualité de vie de vie en cancérologie. Dans la prise en charge du cancer, l’évaluation de la qualité de vie relative à la santé entre pleinement dans l’appréciation et le choix des traitements, dans la prise en charge et le suivi des patients. De plus, les diagnostics précoces et les méthodes efficaces de traitement ayant conduit à une augmentation du nombre de survivants à long terme, la qualité de vie revêt une importance particulière pour les personnes en rémission de leur maladie. Les travaux réalisés sur cette thématique portent principalement sur l’impact de la maladie sur la vie des personnes, les déterminants cliniques et socio-économiques de la qualité de vie et l’intérêt de son évaluation en routine dans la prise en charge des personnes atteintes de cancer.