Le cancer colorectal est le deuxième cancer en termes de fréquence chez les femmes (après le cancer du sein) et le troisième chez les hommes (après le cancer du poumon et le cancer de la prostate). 43 336 nouveaux cas ont été signalés en 2018 (24 035 hommes et 20 837 femmes). Ce cancer est la deuxième cause de décès par cancer en France: 17 117 décès par cancer colorectal estimés en 2018 (9 294 hommes et 8 390 femmes). Près de 85% des cas surviennent après 65 ans et sa fréquence semble stable.
Mais, détecté tôt, le cancer colorectal se guérit dans 9 cas sur 10.

Le dépistage tous les 2 ans est donc un réflexe de santé essentiel pour soigner à temps un cancer colorectal. Il permet aussi de repérer une lésion précancéreuse, appelée polype, et de la traiter avant qu’elle n’évolue en cancer.

En pratique :

  • Vous recevez, tous les 2 ans, un courrier vous invitant à retirer le test auprès de votre médecin traitant à l’occasion d’une consultation.
  • Votre médecin s’assure que vous ne présentez pas de symptômes ou de risques particuliers liés à des antécédents personnels ou familiaux.
  • Il vous remet ensuite le test de dépistage.

Ce test, simple et rapide, se fait à la maison. Le test ainsi que son analyse sont pris en charge à 100 % par la caisse d’assurance maladie sans avance de frais. Les résultats sont adressés, au patient ainsi qu’à son médecin, par courrier.

En cas de test positif (4,6 % des cas), une coloscopie est proposée. Comme tout examen médical, elle comporte des avantages et des inconvénients. Cet examen peut entraîner des complications dont les formes graves restent rares (3 cas pour 1 000). A noter que dans plus de 40 % des cas, la coloscopie ne détecte aucune anomalie. Elle détecte une lésion précancéreuse dans 51 % des cas, et un cancer dans 6 % des cas.

Source : e-cancer.fr

Kit dépistage cancer colorectal