Afin de répondre à vos interrogations durant cette épidémie de COVID-19, les équipes médicales du CGFL ont préparé des réponses aux principales questions que vous vous posez sur votre prise en charge ou celle de vos proches. Pour des informations plus générales, vous pouvez consulter cette page.

Comment gérer la suspicion de COVID-19 chez un patient ?

Les patients atteints d’un cancer doivent bénéficier de toutes les vigilances dans le contexte actuel.

Si des signes apparaissent tels que fièvre, toux ou difficulté respiratoire, il est recommandé d’appeler votre oncologue qui vous orientera vers votre médecin traitant ou le centre 15. Il est possible que les traitements du cancer soient stoppés.

Dans tous les cas, ne venez pas spontanément au CGFL. Les patients traités au Centre sont fragiles et nous devons éviter au maximum de faire entrer le COVID-19 dans l’établissement.

Un de mes proches à un « rhume » depuis hier que faire ?

Merci de suivre les recommandations générales de prise en charge :

  • En cas de symptômes sans critères de gravité (fièvre bien tolérée, toux, fatigue, mais pas de difficulté respiratoire), vous devez rester au domicile et contacter votre médecin traitant.
  • En cas de symptômes avec critères de gravité (difficulté respiratoire ou autre signe sévère), contacter le 15.
  • En ce qui concerne la prévention de la contamination de votre conjoint. Renforcez les mesures barrières qui sont primordiales y compris chez vous : lavage des mains toutes les heures, port d’un masque chirurgical dès le début des symptômes et mise à l’écart des personnes potentiellement malades (2 mètres de distance minimum). Si vous n’avez pas de masque, couvrez-vous le nez et la bouche avec un mouchoir, une écharpe ou le pli du coude en cas de toux ou d’éternuement. Restez confiné au maximum.

Dois-je venir à ma séance de radiothérapie ?

Les patients atteints d’un cancer font partie de la population à risque. Ils doivent donc bénéficier de toutes les vigilances dans le contexte actuel. L’objectif actuel est de limiter les venues « non indispensables » au Centre, votre traitement pourra être reporté. Si tel est le cas vous en serez prévenu au téléphone par votre oncologue radiothérapeute.

Des mesures importantes ont été prises pour protéger nos patients en cours de radiothérapie :

Un appel téléphonique de la veille sera réalisé par un de nos internes afin de s’assurer que vous n’ayez pas de symptômes.

Aucun accompagnant n’est accepté (sauf si patient invalide ou mineur)

  • Respecter la distance de sécurité de 1 m minimum au sein de l’établissement
  • Respecter les consignes données par nos manipulateurs (lavage des mains aux entrées et sorties du déshabilloir…)
    Si des symptômes surviennent en cours de radiothérapie (il n’y aura pas d’appel de la veille). Ne venez pas au centre mais signalez vos symptômes au 03 80 73 75 18.

 

Les patients traités au Centre sont fragiles et nous devons éviter au maximum de faire entrer le COVID-19 dans l’établissement.

Dois-je venir en chimiothérapie ?

Les patients atteints d’un cancer font partie de la population à risque. Ils doivent donc bénéficier de toutes les vigilances dans le contexte actuel. L’objectif actuel est de limiter les venues « non indispensables » au Centre, « qui peuvent être reportées » et d’optimiser la prise en charge de chacun de nos patients.

 

Des mesures importantes ont été prises pour protéger nos patients :

  • Aucun accompagnant ne sera accepté
  •  Comme l’intégralité des patients programmés pour une chimiothérapie en Hôpital de jour, vous serez appelé la veille de votre traitement par nos équipes pour vérifier l’absence de symptômes évocateurs de coronavirus.
  • En cas de symptômes, l’appel sera transféré à notre médecin dédié pour répondre à vos questions, valider ou non votre venue et vous orienter en cas de besoin.

Les traitements du cancer pourront être stoppés, pour éviter les complications dans un contexte de COVID-19.

Dans tous les cas, ne venez pas spontanément au Centre Georges-François Leclerc en cas de symptômes. Les patients traités au Centre sont fragiles et nous devons éviter au maximum de faire entrer le COVID-19 dans l’établissement.