Le cancer colorectal est le deuxième cancer le plus fréquent chez les femmes et le troisième chez les hommes. Chaque année, environ 43 000 personnes sont touchées en France.

Dépister ce cancer est désormais plus facile grâce au test immunologique. Ce test rapide et efficace, est à faire chez soi. Il s’adresse aux femmes et aux hommes, âgés de 50 à 74 ans, invités tous les 2 ans à parler du dépistage du cancer colorectal avec leur médecin. Détecté tôt, le cancer colorectal se guérit dans 9 cas sur 10. Malheureusement on compte en encore à ce jour 18 000 décès annuels liés au cancer colorectal  et un taux de participation au dépistage en France de 28,6 % (très inférieur à l’objectif européen minimal fixé à 45%).

Chiffes mars bleu 2018
A propos du cancer colorectal

  • Le cancer colorectal ne provoque pas de symptômes particuliers

Les cancers colorectaux se développent souvent en silence, sans provoquer de symptôme particulier. Ils peuvent rester longtemps imperceptibles.

  • La coloscopie est un examen indolore

Réalisée par un gastroentérologue, la coloscopie est l’examen de référence pour détecter des lésions du côlon ou du rectum, qu’elles soient cancéreuses ou non. Elle est faite sous anesthésie générale et généralement en ambulatoire.

  • Le test immunologique du dépistage organisé est à faire tous les 2 ans

Ce test permet de dépister des cancers débutants, avant l’apparition de symptômes, ou des polypes avant qu’ils n’évoluent en cancer. Certains d’entre eux seront détectés deux ans plus tard à un stade encore précoce, d’où l’intérêt de pratiquer ce test tous les deux ans : la régularité est un gage d’efficacité.

  • Le cancer colorectal peut être héréditaire

Les personnes dont un parent du premier degré (père, mère, frère, sœur, enfant) a été atteint d’un cancer colorectal ou d’un adénome de plus d’un centimètre avant 65 ans, et celles dont deux parents ont été atteints quel que soit l’âge au moment du diagnostic ont plus de risques de développer un cancer colorectal.