Les traitements

A ce jour, la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie restent les principaux modes de traitement des patients atteints de cancer. Néanmoins, la recherche avance, les traitements plus traditionnels évoluent et de nouveaux se développent. L’ambition commune à tous ces développements est de proposer des traitements allégés et plus performants, en témoignent les concepts désescalade et de traitement ciblé.

Chiffres 2016 activités médicales et actes :
4 352 séances et séjours en chirurgie (+6, 51%)
37 442 séances et séjours en radiothérapie (+6,19%)
19 922 séances et séjours en oncologie médicale (+1,85%)
Nombre de séances de chimiothérapie ? Ou nombre patients traités en chimiothérapie ?

Cibler en radiothérapie
La radiothérapie est une discipline en pleine mutation, avec des techniques et protocoles de traitement devant permettre d’offrir aux patients des traitements plus ciblés avec des doses délivrées plus efficaces pour la zone malade et épargnant davantage les zones saines. Cette évolution est déjà en marche avec le développement de l’hypofractionnement (intensification de la dose délivrée à chaque séance pour en diminuer le nombre) et de la radiothérapie per-opératoire (irradiation du lit tumoral lors de l’intervention chirurgicale en procédant à l’ablation de la tumeur).

Dans le cadre d’une étude initiée par l’INCa, le CGFL est l’un des huit centres en France, proposant à titre expérimental, la technique de radiothérapie per-opératoire, à laquelle travaillent conjointement équipes chirurgicales, radiothérapeutes et physiciens. Cette méthode plus précise et moins toxique peut remplacer les 25 séances de radiothérapie habituellement pratiquées après la chirurgie. L’enjeu est de proposer un traitement allégé aux patients qui ont un faible risque de récidive.

Chiffre clé : 3 irradiations per-opératoires pour le service de radiophysique

Le développement de la curiethérapie


Le CGFL dispose de la seule unité publique de curiethérapie de la Région Bourgogne. Il est un des rares centres français à proposer aux patients atteints de cancers de la prostate, la curithérapie de prostate en ambulatoire. Dans le cas où elle est possible, elle représente une alternative intéressante à la chirurgie en permettant de limiter certains des effets secondaires délétères.

390 curiethérapies pratiquées par le service de radiophysique en 2016.

Soulager les patients
Au CGFL, une équipe spécialisée intervient dans la prise en charge de la douleur et ce, depuis plusieurs années. Le but est de réduire au maximum toutes formes de douleurs induites par la maladie, les examens et les traitements. Outre la prise d’antalgiques, des méthodes non médicamenteuses (relaxation, massages, soutien psychologique, physiothérapie…) sont efficaces et peuvent être proposées aux patients, au cas par cas.

810 nouveaux patients et 233 actes au centre d’évaluation et traitement de la douleur en 2016