Imagerie fonctionnelle et moléculaire

Présentation

Depuis de nombreuses années, le service de Médecine Nucléaire du Centre Georges-François Leclerc est fortement impliqué dans la recherche en imagerie. Depuis 2011, le service accueille la plateforme d’imagerie préclinique qui permet une approche complète de la pharmaco-imagerie dans un cadre exclusivement dédié.

Grâce à son appartenance à plusieurs groupements locaux : le GIE Engicare® pour le développement de biomolécules, et le GIS de pharmaco-imagerie ainsi que le GIE Pharm’image® pour la pharmaco-imagerie, le CGFL travaille avec de nombreux partenaires locaux hautement spécialisés dans des domaines complémentaires de l’imagerie allant de la conception de molécules au traitement d’images réalisées chez le patient ce qui constitue une champ d’expertise assez unique.

 

Nos moyens


 

La plateforme d’imagerie préclinique

Ce laboratoire de 575 m² totalement dédié à l’imagerie préclinique est accrédité par l’Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) et la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP). Son personnel hautement spécialisé inclut un radiopharmacien enseignant-chercheur, un pharmacologue, un radiophysicien, une personne compétente en radioprotection (ces 2 derniers sont partagés avec le service de Médecine Nucléaire), deux ingénieurs de recherche et deux techniciens.
Grâce aux laboratoires de radiochimie, radiomarquage et contrôle qualité, il y est possible de concevoir des sondes d’imagerie innovantes à façon en se basant sur des équipements de dernière génération. Les sondes moléculaires sont ensuite évaluées in vitro et in vivo grâce à un panel complet d’équipement permettant d’adapter la technologie de détection à la problématique biologique : caméra de scintigraphie couplée à un scanner, TEP (tomographie par émission de positons) couplée à un scanner, TEP couplée à l’IRM (imagerie de résonance magnétique) (en ligne et intégrée), imagerie optique, ou imagerie 2D.
Depuis 2012, la plateforme d’imagerie préclinique accueille le programme Equipex des « investissements d’avenir » IMAPPI (Integrated Magnetic resonance And Positron emission tomography in Preclinical Imaging) financé par l’agence nationale pour la recherche (ANR) à hauteur de 7,3 millons €. Ce projet a pour objectif de développer un nouvel imageur préclinique unique en Europe, alliant la haute sensibilité de la TEP avec la haute résolution de l’IRM. Cette technologie n’est à l’heure actuelle disponible que dans très peu de sites au monde et uniquement sous forme de prototype.

Dans chaque étude menée sur la plateforme, une attention particulière est apportée pour se rapprocher au maximum des conditions cliniques rencontrées chez les patients en adaptant au mieux au vivant les sondes d’imagerie développées. Pour ce faire, des modèles se rapprochant le plus possible de la pathologie humaine sont employés en utilisant les mêmes modalités d’imagerie que dans le service clinique de médecine nucléaire.

 

Le service de Médecine Nucléaire

Le service de médecine nucléaire du Centre Georges-François Leclerc (CGFL, Dijon) allie ses activités de recherche avec une pratique clinique quotidienne. Son personnel est constitué de 7 médecins, 3 radiopharmaciens, 1,5 personne compétente en radioprotection, 2 radiophysiciens, un cadre de santé, 15 manipulatrices en électro-radiologie médicale et 1 technicienne de laboratoire.
Le service est équipé des laboratoires nécessaires à la préparation et aux contrôles des radiopharmaceutiques, leur injection et de 3 caméras de scintigraphie dont une couplée à un scanner et de 2 tomographes à émission de positons couplés à un scanner (TEP/CT) ; La seconde caméra TEP, installée en juillet 2017, possède la particularité d’être une TEP numérique, ce qui permet de diminuer la quantité de traceur administré mais également la durée des examens : le confort du patient est ainsi amélioré tout en obtenant le même type d’information qu’avec une TEP classique.
Le service sera également prochainement équipé d’un générateur de Gallium 68. L’équipe de médecine nucléaire du CGFL présente par ailleurs une grande expertise en radiothérapie vectorisée et dispose de deux chambres d’hospitalisation.

 

 

Nos travaux


 

 

 

Crédit photo mise en avant: A. Chezières

Actualités de la plateforme

Imagerie fonctionnelle et moléculaire

Equipe Pharm'image
Pharm’image – l’imagerie médicale pour lutter contre le cancer

La vocation du pôle Pharm’Image: évaluer des biomarqueurs capables de suivre de l’efficacité des traitements et la sélection de molécules plus actives à l’aide des technologies d’imagerie médicale. Pharm’image dispose d’un ensemble d’équipements d’imagerie fonctionnelle et moléculaire allant de l’échelle préclinique à l’échelle humaine. Un cyclotron et un laboratoire de radiochimie sont associés aux plateformes d’imagerie nucléaire et permettent de développer diverses techniques de radiomarquage et d’imagerie des petites molécules, peptides ou anticorps. Le travail…

Equipement préclinique TEP-IRM intégrés
IMAPPI – Installation du prototype préclinique de TEP-IRM intégrés

  Dernière étape dans le déroulement du projet IMAPPI (réference ANR-10-EQPX-05-01/IMAPPI Equipex), un des premiers prototypes de TEP-IRM intégrés en Europe vient d’être installé sur la plateforme d’imagerie préclinique du CGFL.   Initié en 2012, le programme IMAPPI a permis de valider un premier prototype de TEP-IRM « en parallèle » (2012-2014), puis un système « en-ligne » a été développé (2014-2016) pour aboutir aujourd’hui à un réel système intégré où les images TEP et IRM sont acquises de…